Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

IN ECKER, IN AMGUEL, VOYAGE DANS LE PASSE NUCLEAIRE DE LA FRANCE

Publié le par Zawiya ou Tazawit

Internet m'a permis de rencontrer des hommes qui m'ont contactée à travers ce blog. Leur forum : Amis du Pic Laperrine. Ils ont été appelés, dans les années 1960, pour faire leur service militaire au sahara algérien, sur les sites des premiers essais nucléaires engagés par le président de l'époque, Charles de Gaulle. Un jour l'un d'eux a lancé l'idée de retourner sur leurs 20 ans, en me demandant si je pouvais leur organiser cette expédition. Le pari a été relevé, trois d'entre eux et deux épouses sont partis une semaine de TAMANRASSET à ARAK pour un circuit itinérant qui passait par l'ASSEKREM, puis direction IRAFOK en passant par le col TIN TARABIN. Nous nous sommes ensuite dirigés vers IN AMEDJEL, IN ECKER et direction les monts du MOUYDIR pour rejoindre ARAK. La boucle retour a été entamée  jusqu'à IN AMEDJEL puis direction ABALESSA, SILET, TIT, OTOUL, TAMANRASSET

JEAN-JACQUES, ALAIN, BERNARD, les héros du voyage

Ce VOYAGE DANS LE PASSE NUCLEAIRE DE LA FRANCE pourrait être une page d'histoire simplement, mais la réalité de ce que l'on a laissé fait partie du présent. Il est effrayant de voir un camp nomade vivre en bordure de la pallissade du site de In Ecker qui a été érigée depuis peu, comme si de "l'autre côté il n'y avait rien"., de même pour la N1  qui passe au pied de la montagne et sur les bords de laquelle des travaux  titanesques ont lieu pour amener l'eau  et le gaz à Tamanrasset. A mon retour en France j'apprends que des mesures d'indemnisations ont été prises (45 ans  après !) à l'égard des gens exposés aux radiations. On traite avec de l'argent pour étouffer le mal, mais le mal est là et ce n'est pas l'argent qui va règler ce que nous avons laissé pour des milliers d'années. Et qui va bénéficier de cette mesure ?  Ceux qui ont survécu ?  Et ceux qui naissent déformés, malades de leur environnement, que leur dit-on ? Non, ce n'est pas ainsi que l'on doit traiter ces grands problèmes mais en tirer des leçons pour ne plus laisser l'homme aller au bout de sa follie destructrice et engendrer ces situations.

CARTE DU SITE DE IN ECKER

UN SOIR DE BIVOUAC,LA NATURE A ILLUSTRE NOTRE VOYAGE,

LE TEMPS QUE DURENT LES NUAGES

Commenter cet article

Alain 20/05/2009 00:08

Za, tu as réalisé mon rêve de 45 ans ! Tu m'as emmenée retourner voir "mon désert"Tu m'as fait camper, tu m'as fait manger par terre ...Les mots pour décrire ce voyage n'existent pas, nos larmes d'émotion  ont suffit à te montrer notre reconnaissance.J'étais frustré de n'avoir pas communiqué avec les Touaregs, je leur ai confié en toute confiance la vie de mon épouse et la mienne pendant plus de 1200 km de pistes et d'absence de piste ... Que de choses ce peuple a à nous apprendre...Ton blog, tu le continues, tu n'as pas le choix, d'autres que moi le découvriront, d'autres que moi, pour des raisons diverses, te suivront dans le désert .....TANEMERT, Za ....

Zawiya ou Tazawit 20/05/2009 08:31


Merci, ce message est aussi pour Dermanou, absent depuis si longtemps, il m'a tout appris et m'apprendra encore le désert et sa culture


Blaireau 28/04/2009 22:35

"Vive la Bombe", le film est un peu gentillet. La réalité a dut être à la hauteur de la puissance de la connerie. La mise en quarantaine, le film en parle bien, mais c'eux que l'on a fait taire à jamais ?Et les pauvres gens qui n'avaient que le choix de vivre chez eux, l'on en parle peu.Ce film, me plonge encore une fois dans la honte de faire parti de l'humain.Je suis de ceux qui pensent, "quand l'homme disparaîtra, bon débarrât".

Zawiya ou Tazawit 28/04/2009 23:08


Nous faisons tout pour en arriver là. Tu as raison, ceux qui vivent sur place n'ont pas le choix, et j'ai pu le constater lors de mon voyage. Un campement existe au pied de la clôture qui entoure
(si peu) la montagne. Il y avait aussi un puits, ce qui explique sa présence. Les animaux broutaient alentours. Et si l'on regarde les photos l'on voit les travaux titanesques le long de la route
pour amener l'eau et le gaz à Tamanrasset. Des tonnes de matériaux sont remués. In Amguel est une grande ville maintenant. Tout cela n'est qu'une aiguille dans le foin.......